Quand tout sera privé, on sera privé de tout !

Arcelor Mittal Lozère, des salariés qui se battent pour le ferroviaire et leurs emplois.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Mercredi 26 Mars, avec Myriam Martin, tête de liste pour une Occitanie Populaire, nous sommes allés passer la journée en Lozère. Durant la matinée Myriam a présenté les colistiers et colistières de ce superbe département du massif central lors d’une conférence de presse. En début d’après -midi, nous avons fait une halte à la gare de Mende, où à l’heure actuelle plus aucun train ne circule pour cause de travaux, pour rencontrer un représentant du comité pluraliste pour la défense du train en Lozère qui lutte pour le transport ferroviaire depuis 27 ans dans ce territoire sinistré. Enfin, nous avons pris la route de Saint-Chély d’Apcher pour une visite de l’usine Arcelor Mittal de Lozère à l’invitation de Nicolas Hinderschiett, représentant CGT.


Dans cette usine, ils fabriquent de l’acier électrique à partir de bobines d’acier ,en provenance de Fos-sur- Mer, pour le secteur automobile et en particulier pour le marché des véhicules électriques et hybrides, pour le secteur de la production d’énergie (hydro-électricité, éolien, nucléaire,…), pour les moteurs industriels, et les biens de consommation (électroménager, outillage,…). Cette usine centenaire a pris un tournant écologique dans sa production. Énergétiquement, elle dépend principalement de barrages hydro- électriques, lui appartenant, et elle fournit de la chaleur qui alimente certains bâtiments de la commune. Progressivement elle élimine les hydrocarbures de sa production. Jusqu’à il y a peu de temps, pour l’approvisionnement en bobines, pour envoyer le produit fini à ses clients et pour les chutes d’aciers renvoyées à Fos afin d’y être recyclées, elle dépendait du train.
Malheureusement, la ligne est pour le moment fermée par manque d’investissement dans les travaux et ce sont pas moins de 100 camions qui y viennent chaque jour pour décharger et charger le produit fini pour les clients ainsi que pour le recyclage des déchets, il faut savoir que pour des questions de sécurité, une seule bobine est chargée par camion. Le coût écologique est énorme à comparer du train pour cette usine qui mise sur une transition écologique de sa production.
Hélas, l’avenir peut été qualifié d’incertain, car les directives du groupe Mittal sont de ne rien investir de plus? Sans oublier que le groupe est prêt, si le surcoût lié au transport pénalise la rentabilité du site, à transférer la production ailleurs où cela lui coutera moins cher. Ce sont pas mois de 200 emplois direct et 100 indirects qui pourraient être en danger. Et les salariés ont leur vie sur place et compte y rester. Il en va aussi de l’avenir du territoire de Saint-Chély qui ne se remettrait pas d’une telle fermeture.


Face à cet avenir incertain et pour pérenniser l’emploi, les salariés réfléchissent et ont des propositions qui se basent sur la relance du ferroviaire en Lozère et la remise en route de la ligne de l’Aubrac ( Béziers – Clermont-Ferrand ). Ils nous ont parlé de la création d’une plateforme fret en la gare de St-Chély, qui se trouve juste a coté. On y trouverait des quais de chargement / Déchargement pour leur production et leur matière première. Pour notre part, nous pensons que leur projet est interessant, mais aussi permet très bien d’imaginer une plateforme fret ouverte à d’autres entreprises, ce qui peut permettre de relocaliser des productions et dynamiser le territoire dans le cadre de la bifurcation écologique.


Il est donc grand temps que cette ligne, censée être d’équilibre du territoire, soit relancée par un investissement de l’Etat. Mais aussi, ces salariés qui aiment leur travail et tiennent au territoire où ils vivent et ont leur famille doivent être écoutés ! ils ont une idée plus qu’intéressante dans le cadre de la relance de cette ligne !


Avec la liste Occitanie Populaire, sa tête de liste Myriam Martin, le Livret Thématique Transport et l’Espace des Luttes de la France Insoumise, nous soutenons ces salariés et leur projet, exigeons avec eux la relance immédiate de cette ligne ! A l’heure des grandes urgences sociales, écologiques et démocratiques, il est temps d’aider et soutenir de telles initiatives qui entrent dans le cadre de la planification écologique que nous appelons de nos voeux !


Myriam Martin, Conseillère régionale, Tête de liste pour une Occitanie Populaire
Ludovic Baldet, Membre de la France Insoumise, Tête de liste pour une Occitanie Populaire en Lozère
Kevin Kijko Co-animateur du livret transports et membre de l’espace des luttes de la France Insoumise, Candidat sur la Liste pour une Occitanie Populaire
Manuel Bompard, Député Européen, Porte parole et candidat sur la liste pour une Occitanie Populaire

Crédit photo : Johnny Gaitée

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 3 614 autres abonnés

Abonnez-vous !

Pour suivre l'actualité de mon blog et recevoir les nouveaux articles par mail !

Rejoignez les 3 614 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :